@

Enfin une nouvelle voie à l’Everest en 2019 ? Questions à l'ambitieux Corey Richards

Depuis quand n’avait-on pas imaginé une nouvelle ligne à l’Everest ? Qui plus est en style alpin et sans oxygène, loin des cordes fixes ? C’est pourtant l’annonce quelque peu tonitruante, mais néanmoins crédible, qu’a fait Cory Richards, qui partira au printemps 2019 avec l’équatorien Esteban Mena en face nord-est du toit du monde. Une entreprise aussi rare qu’ambitieuse et qui pourrait bien enthousiasmer jusqu’aux plus blasés des amateurs d’himalayisme. Rencontre avec l’alpiniste américain. 

Pour beaucoup, Cory Richards c’est avant tout cette photo marquante, cet autoportrait pris lors de son ascension hivernale du Gasherbrum II (8035m, Pakistan) aux côtés de Simone Moro en 2011 et lors de laquelle il survit à une avalanche. Il raconte cette expérience dans son film Cold. Parce qu’en plus d’être devenu le premier alpiniste américain à gravir l’un des 14 x 8000m en hiver, Richards est aussi un excellent vidéaste et photographe, collaborateur régulier du National Geographic s’il vous plait. Le genre de gars un peu énervant. Et c’est avec tout son talent de raconteur d’histoires, qu’il annonce aujourd’hui sa tentative d’ouverture d’un nouvel itinéraire à l’Everest, dans un teaser ronflant : The Line. On imagine déjà les grincements de dents du milieu de l’alpinisme, notamment français, à la vue de cette courte vidéo. Qui oserait, chez nous, annoncer ainsi son projet à la veille d’une tentative si ambitieuse et engagée ? Pourtant, une fois passée la grandiloquence de la mise en scène, on peut croire en la tentative, connaissant un peu le

Copy link