@

Depuis les années 2000, des fissures lézardent l’intérieur et l’extérieur du refuge de la Pilatte, dans les Écrins. Leur élargissement soudain ce printemps, après une période de stabilité relative, a conduit à la fermeture du bâtiment en juin. La mairie de Saint-Christophe-en-Oisans déconseille la zone au public par mesure de sécurité. Jusqu’à quand ?

Le sol de la salle à manger ne fait aucun doute : le monticule rocheux sur lequel est bâti le refuge de la Pilatte, à 2572 mètres d’altitude dans le massif des Écrins, est en mouvement. Tant et si bien que les murs du bâtiment principal du refuge, construit en 19541 sur le versant gauche du glacier du même nom, se craquèlent année après année. « Dès les années 1980 et plus intensément au début des années 2000, on a observé une fissuration du refuge, relate Ludovic Ravanel, géomorphologue au CNRS (laboratoire EDYTEM) et membre du conseil scientifique de la FFCAM. Une première crise a eu lieu en 2008, avec un élargissement relativement important des fissures existantes, puis nous avions constaté une stabilisation avec un abaissement des mouvements ».

Le message s’affiche sur le site web du refuge.

« En 2008, déjà, on avait craint une fermeture du refuge » Maria Isabel Le Meur (FFCAM)

Entre l’automne 2020 et le printemps 2021, la montagne s’est réveillée. « Le refuge est très régulièrement ausculté, précise Maria Isabel Le Meur, directrice ajointe en charge des travaux à la FFCAM (propriétaire du refuge). Depuis 2003,

Copy link