Votre mot de passe vous sera envoyé.

China Jam Evrard Wendenbaum

Bien connu des amateurs de films d’escalade en big wall, sur le rocher donc, Sean Villanueva, Nico Favresse, Stéphane Hanssens, se lancent en 2015 dans une aventure nouvelle pour eux : une ascension en alpinisme mixte, au Kirghizistan ! Accompagnés par Evrard Wendenbaum, réalisateur passe-partout, et de leurs piolets , leur ascension est à l’image de bon nombre de leurs aventures : d’un niveau technique aussi relevé que la prise au sérieux est minimale. Pourtant, l’objectif reste sérieux : haut de 1 200 m, le pilier sud-est du Kizil Asker se divise en une partie rocheuse où l’équipe usa de ses chaussons d’escalade avec brio, puis d’une partie haute en mixte. Ce pilier avait déjà eu la visite d’une équipe russe en 2007, menée par Alexander Odintsov. Sean Villanueva. Les conditions météo difficiles ralentissent la progression et même lors d’éclaircies, la température ne remonte jamais au dessus de -5°C. Villanueva : « Le crux de la voie se situait juste au-dessus du portaledge, pratique pour taper des essais et rentrer rapidement se réchauffer. J’ai essayé pendant trois jours de passer une fissure déversante en 7c+/8a mais je n’ai pas réussi. J’ai donc emprunté une ligne plus évidente et plus facile en 7b+. Je sentais bien les effets de l’altitude. » Dans les portaledges, les trois autres grimpeurs subissent également les effets du froid et de la fatigue. Fièvre pour Favresse, fébrilité aussi pour Hanssens avant des gelures inquiétantes aux orteils, après le dernier assaut  jusqu’au sommet en huit longueurs de mixte. « Nous avions pris piolets et crampons, anticipant ce genre de longueurs. « Je suis parti devant et je peux dire que c’est le mixte le plus difficile que j’ai jamais grimpé : une traversée sur fins placages de glace avant une dalle avec seulement quelques fissures bouchées. Pour finir, une longueur en sucre ou tu nages et tu creuses la corniche tant bien que mal » détaille Villanueva. Au terme de 14 jours en paroi, l’équipe atteint le sommet. Le film relate cette aventure haute en couleurs dans laquelle le réalisateur a su capter les moments de grimpe intense et de déconne, option banjo et pipeau.