fbpx
@

La Chartreuse occidentale est le dernier rempart du massif, qui s’élève jusqu’à la Grande Sure, 1920 m, puis s’étire au sud jusqu’aux Rochers de Lorzier et Rochers de Chalves. Ces vallons d’Hurtières et des Bannettes sont suspendus au-dessus du versant abrupt du Saut de la Roize, ces grandes falaises qui barrent l’horizon quand on vient de Lyon. Il s’y niche pourtant un monastère depuis 900 ans, celui de Chalais, à 930 mètres d’altitude. De Chalais, le choix est vaste, du belvédère aménagé du Rocher de Bellevue accessible aux jeunes familles, à la boucle rapide par l’aérienne aiguille de Chalais, jusqu’à la boucle en traversée par les Rochers de Lorzier, une grande randonnée à la journée au panorama exceptionnel.

À l’automne ou en hiver, l’ambiance particulière de Chalais et de son monastère au rebord du monde font comprendre en un instant la volonté particulière de ceux, et aujourd’hui celles, qui ont fait leurs voeux monastiques, et choisi de vivre dans cet endroit hors du temps. Fondé en 1101, l’abbaye Notre-Dame de Chalais a une longue histoire : ses moines furent appelés à aider ceux de l’abbaye de Boscodon, perdue au-dessus des contreforts de ce qui est aujourd’hui le lac de Serre-Ponçon, dans les Hautes-Alpes. L’ordre de Chalais fut créé. Mais après avoir été coopté par les Chartreux, dans les siècles qui suivirent, le monastère de Chalais fut plusieurs fois abandonné – entre autres à la suite de la Révolution Française, puis au cours du XIXème siècle, avant que les Soeurs Dominicaines ne s’y installent dans les années 50, fabriquant aujourd’hui des biscuits secs délicieusement parfumés.

Du sommet des Rochers de Lorzier (1838 m), le regard embrasse la Grande Sure (1920 m). © Jocelyn Chavy

Du virage avant le monastère (premiers parkings), on peut se rendre au belvédère du Rocher de Bellevue. Aménagé récemment et en bois, ce magnifique point de vue sur la clue de Voreppe s’atteint en une demi-heure, facile et accessible pour les jeunes enfants. Si le pied est sûr, revenir sur ses pas sur quelques mètres pour monter à l’Aiguille de Chalais, point culminant du secteur à 1089 m. De là, un sentier rejoint le sentier principal. Chalais est un beau belvédère, mais les randonneurs seront tentés par le beau sommet méconnu des Rochers de Lorzier : une rando assez longue, un peu technique mais pas trop, et que les amoureux des couchers de soleil et du bivouac peuvent couper en dormant au chalet des Bannettes.

les randonneurs seront tentés par le sommet méconnu des Rochers de Lorzier, un belvédère unique sur l’Isère

Habert de la Roize, étape du tour des Rochers de Lorzier © Jocelyn Chavy

Arrivée méritée au sommet des Rochers de Lorzier. © JC

Derrière le monastère la piste s’élève jusqu’à l’abri de la Roize. De là, le sentier descend dans le lit chaotique du ruisseau (passage câblé) puis remonte le long de celui de Charminelle, jusqu’à la prairie du même nom. Puis en quittant la forêt le sentier grimpe en lacet sur le flanc fort raide des Rochers de Lorzier. Au moment où l’on pense buter dans les rocher sommitaux, une cheminée facile laisse passer le sentier : c’est le pas ou goulet de Lorzier. Il ne reste plus qu’à suivre les crêtes garnies de pins d’altitude jusqu’au sommet des Rochers de Lorzier : attention au vide à main droite. Panorama sans limite vers l’ouest, jusqu’aux monts du Lyonnais, mais aussi vers l’intérieur de la Chartreuse, de la Grande Sure toute proche jusqu’à Chamechaude.

Rejoindre à vue le sentier du col d’Hurtières, en contrebas, puis l’alpage où se trouve le petit chalet des Banettes (bivouac possible), assez confortable. Les Rochers de Chalves, autre objectif pour randonneurs montagnards, ne sont pas loin. La descente se fait sur l’échine qui plonge vers Mont-St-Martin, on croise le Pas de l’Âne (officiellement fermé…) et il faut basculer par la Cheminée vers 900 m d’altitude pour revenir au monastère de Chalais. Une journée d’exception dans l’un des coins les moins connus de Chartreuse, et pourtant superbe !

Au centre, l’aiguille de Chalais, à droite le monastère, et une vue sur l’ensemble de l’itinéraire qui franchit les gorges de la Roize avant de monter à Charminelle (extrême-gauche), puis de suivre les Rochers de Lorzier, de gauche à droite, puis dans la combe sous les rochers de Chalves. ©Jocelyn Chavy

Sommet : Rocher de Bellevue (environ 1000m), Aiguille de Chalais 1089 m, option Rochers de Lorzier 1838 m.

Dénivelé : 150 m (Aiguille de Chalais) ou 1200 m (boucle des Rochers de Lorzier)

Horaire moyen : 1h AR pour Chalais, 6h pour la boucle de Lorzier

Point départ : depuis Voreppe, prendre la petite route de Chalais, 7km, parking avant le monastère pour le belvédère et l’aiguille de Chalais, après le monastère pour Lorzier.

A savoir : balade familiale pour le belvédère de Chalais (rocher de Bellevue sur IGN), ou grande randonnée un poil exigeante pour la boucle des Rochers de Lorzier, nécessitant de bonnes conditions météo et un sol sec.

Où dormir /manger : biscuiterie Sainte-Dominique à Chalais

Infos : Alpes Isère

La clue de Voreppe vu de Lorzier. © Jocelyn Chavy

Le refuge des Banettes, étape permettant de scinder la rando en 2. ©Jocelyn Chavy

Descente des Banettes, Néron et Grenoble en ligne de mire. ©Jocelyn Chavy

Sunset au rocher de Bellevue, la version soft de l’Aiguille de Chalais. ©Jocelyn Chavy

Copy link