Bronca des salles d’escalade privées contre le projet d’une salle fédérale à Paris : « incompréhensible » selon le président de la FFME Alain Carrière

Karma Bleau ©FFME

À Paris, la FFME a remporté un appel d’offres du Parc de la Villette pour l’aménagement d’un ancien cinéma qu’elle transformera en salle d’escalade sur une surface de plus de 1000 m2. Le lendemain du vote fédéral permettant le financement du projet par emprunt, le 9 décembre, l’Union des Salles d’Escalade, qui regroupe 75% des salles privées en France, a dénoncé dans un brûlot le nouveau projet de salle fédérale, arguant que « ce n’est pas le rôle de la FFME », que «Paris n’a pas besoin de salle d’escalade fédérale privée ». L’UDSE dénonce une concurrence déloyale. Alors que la FFME vient de signer un accord pour l’emploi avec Climb Up, dont le président François Petit n’est autre que le vice-président de l’UDSE, nous avons interrogé Alain Carrière, le président de la FFME, pour qui cette bronca est « incompréhensible ». [Mise à jour du 16/12]

Le ton employé dans le communiqué de l’Union des Salles d’Escalade est celui du règlement de comptes. Selon l’UDSE, dans son communiqué, « la fédération sort totalement de son rôle », en voulant « ouvrir des salles privées (…) cela dans des conditions honteuses de concurrence déloyale ». L’UDSE affirme que ce projet de salle sera une « incroyable gabégie ». Avant de revenir point par point aux reproches que font les représentants des salles privées à l’UDSE, et d’entendre les réponses que nous a faites Alain Carrière, commençons par expliquer le projet. Et les conditions étonnantes, en termes de tempo,

Copy link