fbpx

Bientôt un label Villages d’Alpinisme dans les Écrins

Village d’alpinisme ? C’est une nouvelle appellation qui s’apprête à voir le jour dans le massif des Écrins, à l’initiative du Parc national. Inspirée du concept autrichien de Bergsteigerdörfer (« villages d’alpinistes » en français), elle vise à valoriser la pratique de l’alpinisme dans une perspective à la fois touristique, économique et culturelle. Un projet séduisant mais non dénué de quelques paradoxes.

Depuis décembre 2019, l’alpinisme est classé au Patrimoine immatériel de l’UNESCO. Il s’agit d’une reconnaissance du caractère historique et culturel de la pratique de l’alpinisme, qui s’inscrit dans une tradition séculaire et requiert une ribambelle de savoir-faire. « En France, les parcs naturels ont vocation à faire connaître et protéger les patrimoines naturels mais aussi culturels », remarque Pierrick Navizet, chef du service accueil et communication au Parc National des Écrins. Ainsi, tandis que la France, la Suisse et l’Italie déposaient un dossier pour que l’alpinisme soit reconnu comme un patrimoine immatériel par l’UNESCO, le Parc des Écrins se questionnait sur l’avenir de l’activité sur son territoire et la manière dont il pourrait la mettre en valeur.

« Le massif des Écrins est le deuxième site d’alpinisme en France après le massif du Mont-Blanc, précise Pierrick Navizet. En 2019, nous avons décidé avec nos partenaires (communautés de communes, offices de tourisme, région Auvergne-Rhône-Alpes et département des Hautes-Alpes) de lancer une étude pour travailler sur le devenir de l’alpinisme dans notre massif ». C’est en réunissant un collectif d’acteurs locaux composé de représentants de compagnies de guides, du secours en montagne, de la FFCAM et de gardiens de refuge, que l’idée de créer des villages d’alpinisme à la française est née. (…)

. . .

Copy link