fbpx
@

Le souffle court devant tant de beauté. La Haute-Maurienne se mérite, mais cette longue vallée recèle des sommets sauvages, pour qui sait les atteindre. Avec ou sans bivouac, l’approche sera aussi longue que le panorama immense. L’Albaron, 3637 mètres : son glacier des Évettes aux airs de bout du monde, son plateau sommital tabulaire, que ne laissait pas présager sa fine arête finale, voici sans doute l’une des plus belles courses de la Vanoise, à skis ou non.

Il faut parfois un compagnon qui vous dise : « tu n’as jamais fait ce sommet ? » Lui non plus, mais il est moins obtus que vous, et vous convainc que ledit sommet sera exceptionnel. Et l’Albaron, 3637 mètres, l’est. Nous avons réalisé cette course il y a un an, le 23 mai 2019, dans une solitude magnifique. En feuilletant le livre classique de Philippe Traynard, Alpes et Neige, 101 sommets à ski, il est étonnant de voir que l’Albaron n’y figure pas. Mais les mots d’introduction de Philippe Traynard, écrits dans les années 70, nous racontent ces émotions que nous cherchons tous, une fois éteint l’écran bleuté de nos appendices. Les mots de Philippe Traynard sont toujours aussi actuels : les rêves, les doutes. Et la joie. Passée et, peut-être, à venir. Une autre citation pour la route ? “Le temps est hémophile. Je le sais aujourd’hui. Il est blessé. Il ne cicatrise pas. Il coule, a coulé. Coulera.” Alain Damasio, La Zone du Dehors. (la suite pour les abonnés)

. . .

Copy link