Votre mot de passe vous sera envoyé.

À chaud

Il se dit qu’on y voit plus clair en altitude.
Une question de densité de l’air et de dispersion des poussières.
C’est ce que disent les scientifiques.
Ça doit se jouer dedans aussi. Quelques poussières en moins. De la légèreté en plus.
C’est après l’accolade du sommet et les pièges de la descente que la clarification opère. Il y a ce savoureux fouillis ; la tension s’adoucit, la fatigue émerge, l’euphorie de la réussite un peu, le bonheur d’être ensemble et en vie, beaucoup. Tout cela se mêle et offre un prodigieux sentiment de vision nette.

. . .