Sébastien Montaz-Rosset : cinéaste sur le fil

TOP 100 image

C’est lui qui vient de ramener les images de l’exploit historique de Charles Dubouloz en face nord des Grandes Jorasses, et qui l’attendait notamment au sommet pour immortaliser l’émotion de l’alpiniste haut-savoyard. On trépigne d’impatience de voir le film qui en découlera, d’autant que les réalisations signées Montaz-Rosset font souvent mouche.

Guide avant d’être caméraman, Sébastien s’est d’abord intéressé à la haute montagne en filmant Vivian Bruchez sur quatre descentes différentes dans la face nord de l’Aiguille du Midi (Midi Mega Mix). Seb fait alors partie des premiers à trimballer un appareil réflex vidéo en haute montagne, capable de ramener des images haute définition sans être contraint par une lourde équipe de tournage.

En 2011, Seb Montaz fut aussi l’un des promoteurs de la highline en révélant Tancrède Melet et les Flying Frenchies au cours de leurs pérégrinations circassiennes (I Believe I can fly, Petit bus rouge). Onze ans plus tard, le duo avec Bruchez demeure et s’amuse toujours à l’écran dans un trip vélo-ski éco-responsable (Le diamant des Alpes).

Entre temps, Sébastien Montaz est devenu l’une des références du film de montagne, documentant les ascensions éclair de Kilian Jornet sur tous les continents, réinventant le film de ski de pente raide dans T’es pas bien là, toujours avec Bruchez (qui s’est véritablement fait connaître à ce moment-là).

Outre la qualité du regard qu’il porte sur ses sujets, l’autre prouesse de Montaz est de réussir à les suivre caméra au poing, sur le fil d’une arête ou dans une pente vertigineuse.

Âge : 46 ans
Pays : France

0 Shares
Copy link