@

Marion Poitevin : saisir sa chance ou forcer le destin

Guide de haute montagne et secouriste CRS montagne, Marion Poitevin est connue pour avoir explosé le plafond de verre au sein de l’armée. Militante infatigable contre l’invisibilisation des femmes en montagne et les stéréotypes de genre, elle vient d’obtenir l’examen de cheffe d’équipe secours et deviendra bientôt officier de police judiciaire. Si son engagement n’est pas le fruit du hasard, il n’avait rien de prémédité. Portrait.

Première femme à intégrer le GMHM1, première femme formatrice à l’EMHM2, première femme secouriste CRS montagne : il fallait avoir la tête dure pour briser à plusieurs reprises le plafond de verre qui a longtemps maintenu les femmes éloignées des institutions du monde de la montagne. S’il est souvent reproché à Marion Poitevin son militantisme, la secouriste (au sein de la section d’Albertville en Savoie), guide de haute montagne et jeune maman avance sans sourciller et continue de gravir les échelons. Ambitieuse, elle l’est assurément. Mais son ascension ne suit aucun plan de carrière. Tout au long de sa vie, Marion Poitevin a surtout appris à faire les bons choix. Et, de temps à autre, à forcer le destin.

Marion Poitevin, chez elle en Isère. ©Pauline Boulet

Faire de la compétition sans gagner,
c’est sans intérêt 

Leçon n°1 : ne pas choisir la facilité

Le goût de l’effort lui vient de ses parents, sportifs passionnés et amateurs de plein air. « On était toujours dehors, raconte Marion, et j’adorais ça ». À 13 ans, elle intègre une

Copy link