fbpx
@

Depuis début septembre, pas moins de deux cent personnes se sont dirigées vers le Manaslu. Pas moins de cent personnes ont dit avoir atteint la cime depuis quelques jours. Problème, un népalais tenace, Mingma G. Sherpa, a retrouvé le (vrai) sommet du Manaslu, qu’il a gravi le 27 septembre : le sommet se trouve en réalité une trentaine de mètres plus loin et au bout de l’arête effilée au début de laquelle des centaines de summiters clament leur ascension. A l’appui du témoignage de Mingma G., des images de drones incroyables, et d’une vérité implacable.

Sur les réseaux sociaux tombent une à une, depuis au moins trois jours, des annonces de réussites au sommet du Manaslu, le 8ème plus haut sommet de la Terre à 8 163 mètres d’altitude, au Népal. Dernière en date, celle de la skieuse alpiniste polonaise Anna Tybor, avec ses deux compagnons Federico Secchi et Marco Majori. À lire l’affiche publiée hier mercredi en début d’après-midi sur le profil d’Anna Tybor, le trio a atteint le sommet du Manaslu le même jour aux alentours de 15 heures, heure locale. À peine deux heures se sont donc écoulées entre l’arrivée annoncée au sommet du trio et la publication de la nouvelle. Un commentaire en polonais accompagne l’image. Sans doute écrit par une tièrce personne extérieure à la cordée, il se traduit ainsi : « On l’a eu ! Vers 15 heures, heure locale, l’équipe composée d’Anna Tybor, Federico Secchi et Marco Majori a atteint le sommet du Manaslu. Au sommet, une rapide photo souvenir et tous les trois ont immédiatement commencé à descendre à ski vers le camp de base…. ». Plus de 1000 réactions et 100 commentaires élogieux. Le sommet du Manaslu ? Oui, mais quel sommet ?

Pour Rodolphe Popier, joint par téléphone, les images de drone et le témoignage de Mingma Sherpa prouvent que « 95 % des ascensions déclarées du sommet du Manaslu sont fausses. Autrement dit, seulement 5% des 2000 summiters ont atteint le vrai sommet » (…)

. . .

Copy link