fbpx
@

Les finances de la FFME sont dans le rouge. Dans le contexte du Covid, les clubs subissent une fuite des licenciés, alors que le budget initial, olympiade oblige, n’était pas serré. C’est un défi de taille avec lequel devra composer la prochaine équipe de la FFME qui sera élue lors des élections du 3 avril. La question du budget est cruciale parce que les deux listes en présence proposent des choix différents, avec d’un côté la continuité du soutien au haut-niveau, et de l’autre, un rééquilibrage en faveur du loisir. Coup de semonce, la liste Cap24 propose une réduction de la masse salariale de 20 à 25%. Est-ce la solution ? Nous avons posé la question aux représentants des deux listes. Deuxième volet de notre série consacrée aux élections à la FFME.

Huit millions d’euros de budget annuel. Plus de cent mille adhérents (avant le covid), et plus de 60 personnes à son organigramme. La FFME est passé en une quinzaine d’années du statut d’association familiale à celui de véritable PME. Avec les succès revendiqués – l’olympisme – et les soucis d’une grande entreprise. Imprévisible, la pandémie de Covid a mis à mal les finances de la fédération. La fuite des licenciés est sévère : après une année 2020 où les salles d’escalade aux créneaux réservés aux licenciés leur sont devenues inaccessibles, nombre de licenciés n’ont pas repris leur licence pour l’année suivante.

Tête de liste « Ensemble fédérons notre diversité », Alain Carrière a particulièrement conscience du problème : il est trésorier de l’équipe en place, celle de Pierre You qui quittera son siège le 3 avril. Selon lui, « le chiffre de baisse des licences est de 22%, avec moins 30% chez les adultes et moins 14% chez les enfants sur 2021 par rapport à 2020 ». L’impact budgétaire est de un million d’euros en moins. « Dans le même temps, nous avons des besoins qui augmentent à la fois sur le haut niveau et sur la préparation olympique. La préparation olympique coûte, d’autant que l’on doit commencer à préparer les JO de Paris 2024, et c’est un coût supplémentaire. Mais on va faire des coupes sur le haut niveau et les dépenses de fonctionnement de l’ensemble de la fédération » assure-t-il. La crise du Covid est terrible pour le monde associatif. La FFME a déjà prévu de faire un prêt garanti par l’État. (…)

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link