Mise à jour du 28 septembre : Nirmal Purja vient de réussir son douzième et son treizième sommet de 8000 mètres en six mois et quatre jours, avec l’ascension réussie du Cho Oyu, 8201m, et du Manaslu, 8163m, quatre jours plus tard. Un pari insensé pour ce Népalais ancien soldat des Forces Spéciales britanniques, pari qu’il est pourtant en train de gagner. Il ne manque plus que le Shishapangma à Nirmal Purja pour rentrer dans l’Histoire, avec une bouteille d’oxygène certes, mais quand même : boucler les quatorze sommets les plus hauts de la planète en moins d’une année. Explications.

L’homme est un phénomène. Son nom est Nirmal Purja, alias Nims Dai (Dai est une appellation familière au Népal, traduisible par « garçon » ou « gars »). En 2017, Nims boucle l’Everest, le Lhoste et le Makalu en 5 jours. En 2019, il se lance dans un défi total. Tout a commencé il y a six mois. Le projet s’appelle Project Possible 14/7, c’est-à-dire gravir les 14×8000 en 7 mois. Là où le précédent record était de …sept annnées. Avec oxygène, il reste – quand même – du boulot. Autant dire que pour finir au faîte du Cho Oyu ce 23 septembre, et du Manaslu 4 jours plus tard, Nirmal Purja n’a pas chômé – et l’hélico non plus. Loin s’en faut. Être en forme. Tracer des sommets avec ses potes sherpas quand les autres ne veulent pas y aller – ou attendent que lui, l’himalayiste pressé, se dévoue. Sauver des hommes en perdition quand c’est possible. Sauter dans un hélico pour changer de camp de base. Trouver de l’argent, beaucoup d’argent, forcément. Pour un pari fou.

Le printemps népalais
La première phase de l’expédition 14/7 a été la saison du printemps, la plus favorable aux ascensions des 8000 situés au Népal. Débutée en avril, cette première moisson lui a permis de gravir six sommets népalais : Annapurna, Dhaulagiri, Kangchenjunga, Everest, Lhotse et Makalu. Ancien Gurkha des Forces Spéciales britanniques, le népalais Nirmal Purja a déjà réussi ce qu’aucun autre himalayiste n’avait fait avant lui : Annapurna, Dhaulagiri et Makalu étant réputés parmi les plus coriaces et aussi parmi les dangereuses montagnes du globe. Nims était présent lors de la ruée vers le sommet de l’Everest le 22 mai dernier, dans les queues dignes de la sortie d’un nouveau Star Wars, capturant en image la foule délirante de prétendants sur le ressaut Hillary. Précisons d’emblée que Nirmal Purja effectue ses ascensions avec oxygène, et gravit les sommets par leur voie normale (pour l’instant) : niveau difficulté ou engagement, il ne joue pas dans la même cour qu’un Kurtyka ou un Wielecki. N’empêche : même Reinhold Messner l’a adoubé cet été, reconnaissant que la performance de Nirmal Purja était unique.(…) La suite pour les abonnés.

. . .