@

Le gouvernement a annoncé que les remontées mécaniques pourraient à nouveau fonctionner à partir du 19 mai. Mais l’hiver est fini et l’économie du tourisme en montagne affiche un bilan catastrophique. Quelle stratégie préparent les domaines skiables pour éviter une nouvelle saison blanche ?

Si en Suisse les domaines skiables affichent une satisfaction et un certain soulagement à l’heure du bilan de fin de saison, en France, l’heure n’est pas à la fête. Depuis octobre, les professionnels de la montagne, élus et citoyens ont espéré mois après mois que le gouvernement reviendrait sur sa décision de maintenir les remontées mécaniques fermées. En vain. Cet hiver 2020-2021, seules quelques remontées mécaniques ont pu transporter des skieurs en haut des pistes, à condition qu’ils soient mineurs, licenciés et accompagnés d’un professionnel. Peu de monde, donc. Les autres se sont contentés du grand air qu’on conquiert à la force des jambes, en s’adonnant aux balades à pied (la star de la saison, avec une augmentation de 50 % comparé à la saison précédente)1 ou en raquettes, au ski de fond, à la luge ou au ski de rando.

Serre-Chevalier, février 2021 ©Jocelyn Chavy

« Nous avons perdu 99 % de notre chiffre d’affaires »
Alex Maulin, Président de DSF

« Aujourd’hui, la perte s’élève à environ 1,4 milliard d’euros, annonce Alexandre Maulin, président du syndicat professionnel Domaines Skiables de France. Nous avons perdu plus de 99 % de chiffre d’affaires comparé à une saison dite « normale » comme

Copy link