Au mont Blanc pour revivre libres

L'aventure de 3 prisonniers sublimée par le film "Vertiges, un pas vers la liberté"

Michel (en bleu à gauche), avec à sa droite son guide Benoit Peyronnard. ©MyCanal/Vertiges, un pas vers la liberté

Frédéric, Toumy et Michel sont en mars 2021 prisonniers au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse. Ils n’ont jamais mis les pieds en haute montagne mais Jean-Bernard Bancala, le moniteur de sport, a l’idée folle de leur proposer l’ascension du mont Blanc comme un premier pas vers leurs libérations. Ils réussissent en septembre de la même année, à l’issue d’une sélection sévère et non sans douleurs, et le film « Vertiges, un pas vers la liberté » retrace magnifiquement cette aventure. Mais qu’en a-t-il été ? Et que deviennent Toumy, Fred, et Michel ?

Cime du mont Blanc, 11 septembre 2021, 7h30. Michel, 24 ans, est au sommet. Détenu au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse depuis plus d’un an pour « violences », il est encordé avec son guide Benoit Peyronnard et son moniteur de sport à la prison, Jean-Bernard Bancala. Tous les trois viennent du refuge du Goûter, quitté à 3h30 et atteint la veille dans une mauvaise météo, depuis le refuge de Tête Rousse.

Michel a les bras au ciel. Il exclame cette « dinguerie ! », l’aboutissement d’un projet fou, la fin de cette souffrance ou ce soulagement que les alpinistes connaissent une fois qu’ils ont tout donné pour toucher le ciel. Avec eux, deux autres cordées d’un détenu, d’un guide et d’un encadrant du pénitencier de Bourg, quatre autres binômes guide/cameraman, et deux membres de l’association En passant par la montagne, partie prenante pour son savoir-faire dans l’accompagnement pédagogique de publics « difficiles » en

Copy link