Ultra trail : la surenchère de la Diagonale des Fous

Courtney Dauwalter (1e femme et 4e scratch) et Germain Grangier (4e homme) ©Imaz Press

Pour ses 30 ans, le Grand Raid de la Réunion a marqué les esprits – et les corps. Nouveau tracé, favoris chamboulés, la Diagonale des Fous s’annonçait spectaculaire. Parmi eux, une fée américaine : Courtney Dauwalter s’impose et finit même 4e au général. Mais si la course phare reste la Diag’, la brutalité de son tracé aura marqué. 6km et surtout 1000m de D+ officieux en plus, et ce sont 870 abandons et un peloton éprouvé. Du risque de la surenchère, même pour les mythes. 

Déjà 30 ans que pour la planète ultra, l’automne se passe en Réunion. Sur ses quatre épreuves (Bourbon, Mascareignes, Zembrocal et Diagonale)*, la Diag’ est devenue l’égal d’un UTMB. On aime à voir sa trace évoluer, de 145 à 165 kilomètres pour une jauge habituelle de 10000 mètres de dénivelé. Positif, le dénivelé. Jeudi à 21h, 2832 Fous prenaient le départ de Saint-Pierre. 340 femmes et sept fois plus d’hommes, de 20 à 78 ans, 92% de français. Ce dimanche, 869 ont jeté l’éponge. Au-delà des stats, tous savaient à quoi s’attendre : 165 kilomètres/10210m D+, c’est marqué sur l’affiche. Mais pour la Diag’, le mieux est toujours de vérifier les chiffres…en courant. Car quelques détours s’étaient glissés dans ce nouveau tracé, pour l’augmenter de plus de 1000m verticaux. Non, ça n’est pas qu’une impression, plus de 6km gonflent les traces gpx. Une paille ? Une mauvaise surprise malgré tout le reste.

Tous vous le diront : on vient en Diag’ pour l’aventure,

Copy link