fbpx
@

Prise en main

Après avoir longtemps hésité à investir le segment randonnée, alors que sa série 7 cartonnait en freeride, Rossignol a sorti un modèle, le Seek, il y a trois saisons, un ski inspiré de la série 7 (et de ses fameuses spatules allégées), polyvalent et maniable, une réussite. Mis à la part la largeur au patin de 86mm, Rossignol a complètement revu son modèle de rando, qui porte désormais le nom un poil guerrier de BlackOps Alpineer, lui-même issu de la gamme freeride BlackOps. Avec son poids peu ou prou similaire à son prédecesseur (2.5kg la paire), le nouveau BlackOps est-il une bonne opération sur la neige ? Réponse ci-dessous.

Notre avis

Le BlackOps se laisse prendre en main facilement : le ski pivote tout seul, sur les premiers virages en pente douce le ski se laisse apprivoiser facilement. Mais ces premières impressions ne durent pas : la conduite du ski est aléatoire tant celui-ci est survireur. Faciliter les virages, c’est bien, mais là, c’est trop. Son rayon de 19m ne donne pas envie de faire des grandes courbes à pleine vitesse : à vitesse moyenne le ski vibre. Sur le dur, c’est le sauve-qui-peut. Le béton n’est jamais agréable quand on ne s’appelle pas Herman Maier, mais là, ça ne marche pas. Si le ski a un comportement accessible au premier abord, et s’il fonctionne à peu près bien en poudreuse, il ne transmet guère d’information au skieur. C’est un ski flou. Cambre trop plat, ski trop mou, trop flou, fartage excessif, fatigue des testeurs ? En tous cas ce BlackOps nous a semblé faire pâle figure face à son prédécesseur le vaillant Seek.

Caractéristiques techniques

COTES : 122-86-108 POIDS SKI NU : 1250g en taille 176cm PRIX : 499€ CONSTRUCTION : Noyau Paulownia  RAYON : 19m en 176cm. TAILLES DISPO : 154cm – 162cm – 168cm – 176cm (taille testée) – 182cm 

+

Accessible

neige dure, neige trafolée. 

Trop survireur

Copy link