@

Alpinistes ayant pris le chemin de Pralognan, vous serez comblés, une fois de plus. La pointe de la Grande Glière a tout pour elle : élancée, en balcon sur la plus haute montagne de Vanoise – la Grande Casse – et d’une difficulté raisonnable, c’est une course très complète. Avec une vue à couper le souffle que l’altitude, 3387m, n’aura pas trop altéré. Allez-y les yeux grands ouverts, et saluez les marmottes de notre part.

Grimpeurs de salle qui considérez le III sup en montagne comme le summum de la randonnée, faites gaffe ! Montagnards qui considérez le PD comme une cotation en soldes, gaffe aussi ! En résumé, une course d’alpinisme cotée PD reste une course d’alpinisme. Et comme souvent en montagne, les passages les plus difficiles ne sont pas les plus délicats, alors que l’inverse est vrai. J’en veux pour preuve l’introduction de cette Grande Glière. Après une marche d’approche horizontale aussi paisible que la veille pour monter au refuge du col de la Vanoise, d’autant qu’effectuée sous les étoiles, le pierrier de départ réveillera l’alpiniste au pied tendre.

Final sur l’arête sud-est de la pointe de la Grande Glière. ©Jocelyn Chavy

Le bien-nommé col des Schistes, qui ne mène nulle part ou presque, aurait pu s’appeler col de Merdassier (nom déjà pris en Yaute), ou col des Ruines (quasi pris dans les Écrins), tant est pénible le terrain déliquescent quoique sensément précéder le début de la course. Lou ravi d’atteindre ledit col des Schistes. Sachez que

Copy link