@

Paul Bonhomme s’est lancé un défi hors normes. Relier tous les refuges du Parc National des Écrins en une longue « farandole ». En six jours, il a toqué à la porte de 31 refuges (!), parcouru 313 km et 24600 m. de dénivelé pour y parvenir. Il nous raconte cette expérience qui l’a « secoué ». Paul Bonhomme voulait une aventure à la maison, un projet énorme et pourtant compréhensible par tous. Et vous, combien de refuges des Écrins avez-vous déjà visité ?

L’homme est pourtant habitué aux défis physiques et mentaux que requiert la pratique du ski de pente raide, d’ouvertures en haute montagne. Mais ce projet, la Farandole des Écrins, a été d’une autre dimension. Plus long, plus dur, peut-être, que ce qu’il avait jamais fait. Joint par téléphone, Paul Bonhomme raconte cette aventure dans les Écrins d’une voix apaisée, d’où perce la fatigue « je suis immuno-déprimé ! » blague-t-il. On le serait à moins après six jours à « trottiner » aux quatre coins d’un vaste massif. 

Plus de 300 kilomètres en six jours pour visiter 31 refuges ? « Un autre monde, physiquement. Je me doutais que j’allais explorer un truc que je ne connaissais pas encore. On a des références par exemple en ultra-trail mais il y a des ravitaillements. Il n’y a pas tellement de références avec un sac de 8 kilos et où on court dès qu’on peut. Le deuxième jour j’ai failli mettre le clignotant. Je me suis dit,

Copy link