fbpx
@

Escalade : une nouvelle ère pour les falaises ? Le département de l’Isère reprend le conventionnement de ses sites

C’est une étape importante qui a été franchie en Isère. La semaine dernière, la FFME a signé un partenariat avec le département de l’Isère permettant que celui-ci reprenne le conventionnement des sites d’escalade. Éviter les interdictions, avancer main dans la main avec les collectivités pour que celles-ci reprennent la responsabilité civile des sites naturels est l’une des deux actions importantes poursuivies sous le mandat d’Alain Carrière, président de la FFME qui s’est déplacé à cette occasion en Isère. L’occasion d’en savoir plus sur le deuxième volet en cours de l’action de la FFME en faveur des falaises : l’amendement qui modifiera la responsabilité des propriétaires, adopté au Sénat et qui sera le ciment de l’édifice. S’il est adopté à l’Assemblée Nationale en décembre.

Le département de l’Isère croit en l’escalade. Et pour cause. Il estime à plus de 70000 le nombre de pratiquants dans le département, et se donne les moyens pour le savoir, grâce à des systèmes de comptage infrarouge. Ainsi le site de Saint-Égrève, ensemble de falaises très accessible de la cuvette grenobloise, a vu sa fréquentation dépasser les 15000 personnes à l’année, chiffre confirmé par le comptage effectué par le département, qui a pris conscience de l’importance de l’activité.

En l’occurence, cela tombe à point pour la FFME. Suite à l’affaire de Vingrau, qui a produit une jurisprudence mettant en cause la FFME comme responsable (« de la garde de la chose ») quoi qu’il arrive, des accidents en falaise sous sa responsabilité établie par convention avec les propriétaires et gestionnaires, la FFME a entrepris dès 2017 de dénoncer lesdites conventions. Sous la pression des assureurs, le déconventionnement a été accéléré en 2020 en plein confinement, ce qui a conduit à quelques interdictions, et à de vraies menaces sur la liberté de pratique et d’accès aux sites, ni les propriétaires privés ni les gestionnaires ne voulant de la patate chaude – qui les rend responsables de tout accident.

La FFME a donc travaillé sur deux axes : le premier est de convaincre les collectivités de reprendre les conventions pour décharger les propriétaires, elles qui assurent déjà leur responsabilité sur d’autres patrimoines naturels ou équipements sportifs. Le second, lui, est législatif, pour desserrer l’étau juridique autour des propriétaires en cas d’accident. Pour Alain Carrière, nouveau président de la FFME depuis le printemps dernier, ce mois d’octobre est une étape très importante avec la prise en charge des falaises isèroises par la collectivité, le département, une responsabilité qui n’incombera plus à la FFME à l’avenir. Nous l’avons interrogé à ce sujet, de même que Yannis Ameziane, chef de projets stratégiques au service Jeunesse et Sports au Département de l’Isère, impliqué dans ce partenariat avec la FFME. (…)

. . .

La newsletter d'Alpine Mag

On reste en contact ? 

Merci et à très vite !

Copy link