Corde coupée et ancrage scié au Verdon : qui veut la peau des ouvreurs ? 

Samedi 1er octobre, le groupe du stage FFCAM Héritage Ouvreur émerge de la paroi de l’Escalès au Verdon, après trois jours de travail dans une de ses voies historiques, la Demande. Alors que le premier du groupe atteint le sommet, stupeur : la corde est coupée plus haut, et l’ancrage sur lequel elle était fixée a été disqué aux trois quarts à la meuleuse. Sur le sol : des mousquetons découpés en morceaux. Sous les pieds : trois cent mètres de vide. Une plainte a été déposée.

Il aurait pu prendre ça à la légère, « On a eu de la chance. Mais ce n’est pas une blague, explique Lionel Catsoyannis, responsable du stage FFCAM. Celui ou ceux qui ont fait cela a coupé la corde, mais il a scié les trois quarts de l’amarrage scellé sur lequel le reste de corde était attaché, juste assez pour que l’autre brin de corde passe à travers. C’est insidieux. » Et puis qui s’amuse à disquer des mousquetons en plusieurs morceaux ? « Je suis remonté par une autre ligne de cordes fixes. La dernière section de corde fixe utilisée par les stagiaires équipement dans la Demande se trouve sur une petite traversée pour sortir sur le plateau, où l’on n’est pas pendu sur la corde. Heureusement ! Que serait-il passé sinon ? » La voiture de Lionel était garée à la Carelle pendant trois jours. L’auteur des faits a placé des panneaux de circulation empruntés à la voie

Copy link