6   +   1   =  
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Un sommet perdu sur les flancs de la montagne géante de Patagonie, le San Lorenzo ou Cerro Cochrane. Voici El Faro, sa beauté redoutable, son rocher bouffé aux mites, et ses trois premiers ascensionnistes amoureux de wilderness, Martin Elias, François Poncet, et Jérôme Sullivan qui livrent ici une tranche d’aventure. Belle et humaine forcément.

L

e chemin vers le Cerro Cochrane (le nom chilien du San Lorenzo) et ses satellites est facile à parcourir. Depuis Las Horquetas, un hôtel solitaire où aurait pu être filmé « Une nuit en enfer », le film de série B de Quentin Tarentino, l’asphalte tourne à l’ouest et se transforme en une piste d’estancia poussiéreuse. Des milliers de huanacos, lapins, pumas et autres animaux vivent dans ce paradis de la faune. Entrer dans le parc national de Perito Moreno, c’est quitter l’Argentine où les estancieros, les propriétaires terriens, ont acheté pour une poignée de dollars d’immenses terrains pour faire paître leurs vaches. Un véritable Eldorado du cowboy self-made-man, mais au prix du bien-être de la terre elle-même. L’homme n’est pas connu pour son autorégulation.

La Patagonie, ses estancias, ses cowboys et ses immenses terrains privatisés

Clôturer la pampa avec des kilomètres de barbelés, tirer les pumas, raser les forêts pour avoir plus de terres à pâturages (pour ne citer que quelques exemples de la Patagonie) met en danger les écosystèmes locaux et coupe souvent l’accès à certains des paysages les plus uniques du monde. Parfois, la stupidité de l’homme semble n’avoir aucune limite. Certaines parties sont protégées par les parcs. À Perito Moreno, Doug et Chris Tompkins ont généreusement acheté et fait don de l’estancia Rincon et du territoire du Rio Lacteo au parc, donnant ainsi accès à la face est du Cerro Cochrane. Doug a comparé la montagne à un Everest argentin en raison de sa forme et de ses proportions gigantesques. Doug est un homme vraiment remarquable dans ses actions pour préserver la planète.

La passion selon De Agostini

Martin Elias, François Poncet (alias Ponpon) et moi-même avons approché le San Lorenzo pour la deuxième fois début octobre. Nous avions fait une tentative en 2017. Trois amis de longue date qui étaient accompagnés d’une quatrième compagne spirituelle. Dans la poche de Martin, une carte que lui avait remise sa mère portait l’image de la Vierge de Lomos de Orio. Aucun de nous n’est croyant, pourtant beaucoup d’alpinistes semblent s’accrocher à une sorte de superstition. Une paire de piolets porte-bonheur, une amulette donnée par un ami ou n’importe quel type de souvenir sentimental. Face au danger et à l’adversité, une prise de décision rationnelle ne fait pas pour tout. Alors, chaudement niché dans la poche du manteau de Martin, nous avions notre icône protectrice.

Beaucoup d’alpinistes s’accrochent à certaines superstitions et nous ne dérogeons pas à la règle.

Nous sommes allés à la cabane des gardes du parc pour nous inscrire. Les nuages lenticulaires dominaient les cieux. Les denses nuages ​​de coton s’étiraient à l’horizon par vagues répétitives donnant profondeur et immensité à la toile bleue liquide au-dessus de nous. Autour, des taches d’encre bleu et vert pointent le paysage, des lacs provenant des glaciers qui fondent rapidement. Ces bassins colorés créent une ligne pointillée matérialisant la fin de la pampa et le début du royaume de la montagne. En amont des lacs Belgrano, la vallée glaciaire du Rio Lacteo a été creusée dans la roche volcanique colorée. Le puesto San lorenzo, qui accueillera nos prochaines semaines, est situé au détour de la vallée. Quand nous y arrivons, nous voyons enfin le trône majestueux du cumbre principal et son immense face est. La pyramide blanche s’éloigne du ciel en poussant avec arrogance ses champignons coiffés de flèches contre le bleu indigo. Le prêtre salésien et explorateur de la Patagonie le père De Agostini, justement obsédé par l’ascension de ce sommet, a probablement signé son chef-d’œuvre lors de la première ascension du côté ouest. Il a fourni une première cartographie des environs. L’arête sud-africaine, longue de 1500 m, descend vers l’Est comme une longue colonne vertébrale ornée de tours, de champignons enneigés et de corniches subtilement sculptées. C’est une ligne très frappante qui a été répétée quelques fois.

Vision du sommet principal du Cerro Cochrane, par delà la lagune aux icebergs.  © Sullivan – Elias – Poncet.

Première tentative un an plus tôt

Au sud, la paroi s’étend comme une barrière de 1800m au plus haut. Elle est couronnée de corniches et de séracs en surplomb à la Dali, sculptés par les vents violents de Patagonie. Une centaine de mètres de glace et de neige coiffe ainsi la paroi, menaçant ce qui serait autrement un paradis mixte d’escalade. Le panorama depuis le puesto San Lorenzo est presque terminé : Cumbre principal, Cumbre Central, Cumbre Sur, El Faro étant caché par les Cerro Penitentes. Cette barrière de la face est établit une frontière naturelle entre le Chili et l’Argentine plus impressionnante que toutes celles que j’ai jamais vues. Le vent, qui soufflait d’ouest à l’ouest en bandes épaisses de nuages, engloutit le visage, se moquant de la ligne fictive de Perito Moreno (géographe et créateur de la frontière). C’est un no man’s land où les appels de patriotes n’ont pas voix au chapitre. Les seules lois applicables sont celles de la nature.

La tentative ARGENTINE précédente s’est soldée par une retraite sous les missiles venus du haut.

Notre tentative sur le Cumbre Central en 2017 avec Sébastien Corret et Martin a été contrecarrée par le mauvais temps habituel, ne nous laissant qu’une courte fenêtre de douze heures . Cette année cependant, à l’approche de l’anticyclone, nous pensons davantage aux 100 mètres sommitaux en corniches et aux séracs. Nous excluons la ligne sur le Cumbre central, en songeant que la vie est courte. Il ne reste que peu d’options. L’énorme aiguille (1200 m de haut) qui se détache sur la partie sud du mur est très attrayante et, quant à elle, protégée des séracs. Les alpinistes argentins Luciano Fiorenza et Pablo Pontarielo ont tenté de gravir ce sommet il y a quelques années. Alors qu’ils gravissaient l’immense face nord, ils préparaient les relais pour la descente mais en raison de chutes de pierres constantes, ils firent demi-tour après quelques centaines de mètres. Il s’avère que certains relais avaient déjà été détruits par un des missiles venus d’en haut.

El Faro. La voie débute à gauche du point culminant. ©Elias – Poncet – Sullivan.

Une équipe équatorienne s’est également lancée dans le chantier. Quant à Colin Haley, il a escaladé l’aiguille voisine, l’Aguja Antipasto, décrivant le rocher comme médiocre et prenant beaucoup de temps. Au cours des deux semaines précédant l’ascension, nous avons eu un créneau de beau temps de 36 heures, où nous avons tenté une autre ligne. Cette tentative a rapidement échoué car nous avons vite eu de mauvaises conditions de glace. Après avoir passé un bon bout de temps à chercher des options et à en trouver aucune qui soit protégée de la barrière de 100 m de séracs et de corniches au-dessus de la paroi, nous nous sommes dirigés vers le côté sud de la montagne pour chercher un autre moyen de gravir la tour sud. Jusqu’alors cachée, une ligne logique apparaissait sur la froide face sud de la tour. Merci à la douce Vierge Lomo de Orios. …. nous avions finalement un plan !

Sauter d’iceberg en iceberg

Le 18 octobre, par temps neigeux, nous avons quitté le confortable puesto San Lorenzo. La dépression de l’Est qui faisait rage depuis 4 jours a déposé 20 à 30 cm de neige fraîche qui recouvre maintenant le sentier. Pas vraiment bon signe. La traversée du Rio Lacteo s’est avérée vivifiante au petit matin et recouverte d’une nouvelle couche de blanc. Après quelques heures de marche, nous avions le choix. Traverser une méchante moraine latérale avec de nombreuses roches de la taille d’une maison planant au-dessus de nous ou traverser la Laguna de los Tempanos. Sur ce lac glaciaire, les icebergs avaient tous été poussés dans le coin le plus à l’ouest par le vent, ce qui nous permettait de sauter dangereusement de l’un à l’autre. Nous l’avions déjà fait auparavant, mais en deux semaines, l’état gelé du lac avait empiré. Nous avons quand même opté pour cette dernière option, car c’était le moyen le plus rapide de franchir cette zone. Alors que nous étions assis sur l’un des seuls morceaux de glace assez gros pour procurer un peu de sécurité, observant le casse-tête de plaques de glace fracturées qu’il nous restait à traverser, Martin a formulé très justement:

– Les gars, là, on fait vraiment de la merde.

Nous avons acquiescé et continué notre hasardeux parcours. Nous avons utilisé nos bâtons pour tester la prochaine plaque de glace à la dérive, à en juger par la taille et le son, creux ou non, si nous pouvions risquer de sauter sur la plaque suivante. Je me suis rappelé un jeu auquel j’avais l’habitude de jouer sur l’ordinateur. Frogger. Une petite grenouille devait traverser une rivière, sautant de bûche en bille, tandis qu’un crocodile furtif attendait son repas dans les eaux sombres. Nous avons réussi à traverser en toute sécurité, seule martin a eu la taille haute dans les eaux. La vierge s’occupait de nous.

Feu flamme

Nous installons notre camp quelques heures après le lac, au pied de la formidable face est. Nos espoirs de gravir la tour étaient faibles avec la nouvelle neige. Le champ de pierres sans fin que nous devions traverser pour accéder au Faro était recouvert de neige et cachait des trous perfides qui menaçaient de nous casser les genoux tous les deux ou trois mètres. Après de nombreuses chutes dans des trous profonds jusqu’à la taille, nous avons finalement atteint les pentes sous le mur.

Dix heures du matin. Nous commençons l’escalade.

Les prévisions avaient annoncé le système de haute pression du sud jusqu’à la nuit prochaine. Après quelques longueurs techniques mixtes sur un bon rocher, nous avons atteint la rampe d’accès à la neige et à la glace que nous avions repérée. Nous avons rapidement grimpé ladite rampe de 500 à 600 m qui donnait accès à la partie la plus raide de la paroi. Notre rythme rapide dans cette section nous a laissé espérer que nous pourrions dormir au col. Mais lorsque nous avons atteint la fin de la rampe, nous nous sommes rendus compte que la neige foireuse, le mauvais rocher et le manque de glace nous ralentiraient beaucoup. Alors que la nuit nous rattrapait, je montais les 30 premiers mètres de ce qui s’est avéré être le crux de la route: une cheminée de 80 mètres de rocher enneigé et vertical, dont les mots manquent pour décrire le manque de qualité. Pourri de chez pourri. Un « asco » comme disent les locaux. Après avoir grimpé ces 30m moitié en dry tooling moitié en artif, nous sommes redescendus pour tailler une vire dans la pente glacée au-dessous de nous. À minuit, nous étions dans nos sacs de couchage et prêts à dormir. Quand j’ai soulevé mes paupières le lendemain matin, le paysage était magnifique. Le Fitz Roy se dressait comme une sentinelle aux portes de la calotte glaciaire méridionale. De là, vers le nord, la vue s’étendait sur la calotte glaciaire. Étant déconnecté de la calotte glaciaire, le massif du San Lorenzo offre une vue impressionnante sur les autres monstres du sud de la Patagonie.

Dans le bas de la voie. © Elias-Poncet-Sullivan. 

À l’attaque du crux. © Elias-Poncet-Sullivan. 

Crux en mode dry tooling, artif et survie. © Elias-Poncet-Sullivan. 

Au bivouac. © Elias-Poncet-Sullivan. 

Roc, papier, ciseaux

Après une rapide partie de roc, de papier et de ciseaux, Martin a eu de la chance et s’est préparé à la pire longueur de la voie et très probablement l’une des pires de sa vie. Pendant trois heures, une pluie constante de pierres parfois de la taille d’un chien, et des tombereaux d’injures ont plu sur Ponpon et moi-même. Pendant que nous brassions de l’eau, un caillou a heurté le réchaud qui a rapidement rejoint tous les autres cailloux en bas… ce qui signifiait plus d’eau et de nourriture chaude pendant trois jours. Nous avons décidé de faire confiance à la Vierge qui est censée veiller sur nous et avons continué à grimper. Un terrain plus mixte nous a conduit au col entre Torecilla (une belle flèche qui paraît impossible à gravir) et le Faro. Nous sommes passés en face nord, où trois longueurs recouvertes de givre nous ont menés au sommet alors que la nuit tombait et que les nuages ​​engloutissaient les montagnes.

Instants magiques au sommet.

Après avoir douté de notre capacité à réussir, avec la neige fraîche, le rocher terrible et bien sûr le temps qui, selon notre expérience au San Lorenzo, a toujours été bien pire que prévu, le sommet était vraiment un moment magique. Le soleil couchant se reflétait dans les yeux de mes compagnons et allumait une flamme de folie dans leur regard. La descente, longue de 12h environ, a duré toute la nuit. Soudain, miracle, Martin remarque quelque chose de rouge dans la neige et c’est le réchaud, intact après une chute de 400 m ! Déshydratés et affamés, nous atteignons finalement le pied du Faro à l’aube.

Summit !. © Elias-Poncet-Sullivan. 

Nous avons fait la première ascension du Faro et ouvert La milagrosa (1200, A3, M7, 6a). Ce n’est pas particulièrement agréable avec le rocher pourri et improtégeable, mais c’est un endroit unique au cœur du géant San Lorenzo. Cette aventure humaine en fait sans aucun doute une ascension dont je me souviendrai longtemps.