fbpx
@

Symon Welfringer et Pierrick Fine sont passés dans un trou de souris et sont parvenus à réaliser l’une des rares expés de cet automne. Encore au Pakistan, les deux alpinistes nous ont transmis un premier topo de leur ouverture en face Sud du Sani Pakush (6951m), un magnifique sommet du Karakoram, dans la région du Baltoro. Premières impressions de l’ouverture de Revers Gagnant (2500 m, ED+ / 90° / M4+ / WI4+) ouvert du 16 au 20 octobre dernier. 

Arrivés début octobre sur le glacier Toltar dans le Baltoro (Pakistan), nous nous sommes acclimatés autour de notre camp de base, situé au pied de la face Sud du Sani Pakkush (6953m), encore vierge de toutes ascensions. Après deux semaines, nous étions prêts à nous essayer sur ce gros morceau d’alpinisme. Les mauvaises conditions météorologiques nous ont contraints à attendre quelques jours de plus, attente bénéfique qui nous a permis d’avoir un superbe créneau météo d’une semaine. Les conditions étaient alors idéales pour s’attaquer à la face.

La face Sud du Sani Pakush (6951m). ©Fine/Welfringer

Petit sommet d’acclimatation à 5450m. ©Fine/Welfringer

16 octobre 2h du matin : après un depart plutôt roulant, nous rencontrons les premières difficultés à une altitude de 5000 m au tout début de la face, avec quelques longueurs de glace raide. S’en suivent des pentes de neige et quelques longueurs de mixtes faciles. À environ 5600 m, nous faisons l’une des longueurs les plus dures de la voie en M4 +/M5 et trouvons une petite plateforme où nous passons une première nuit inconfortable. Le deuxième jour, nous réunissons à être efficace et à remonter 600m supplémentaires. Coup de coeur pour la longueur de glace verticale en plein centre de la face !

Jour 1 : vers 5300m. ©Fine/Welfringer

Jour 2 : 6000m. ©Fine/Welfringer

À environ 6200 m, nous recherchons désespérément un nouvel endroit pour bivouaquer. Nous posons finalement nos fesses sur un caillou et une mauvaise marche de neige pour attendre le lever du jour suivant.
Troisième jour dans la face : nous commençons à fatiguer. Dès le premier emplacement de bivouac confortable, un belle crevasses bouchée à 6400m, nous nous arrêtons pour reprendre des forces. Le 19 octobre, nous décidons de faire l’aller-retour au sommet avec très peu de matériel pour être le plus léger possible. Nous laissons notre bivouac en place et remontons sur 600m environ la crête sommitale. La qualité de la neige est très variable et l’effort important pour avancer dans ce terrain. Nous arrivons à 14h00 bien fatigués sur le sommet de Sani Pakkush à 6953m.

Jour 3 : de la belle glace verticale en plein centre de la face, vers 6300m. ©Fine/Welfringer

Jour 4 : Sur la crête sommitale, vers 6900m. ©Fine/Welfringer

Une cinquième journée est nécessaire pour descendre de cette énorme face de 2500 m, mixant rappels (20-25) et désescalade. En fin d’après-midi du 20 octobre, nous arrivons sains et saufs au camp de base vidé de toute notre énergie mais nos esprits remplis d’émotions.

Jour 4 : l’euphorie du sommet (6951m). ©Fine/Welfringer

©Fine/Welfringer

Copy link