Votre mot de passe vous sera envoyé.

MAFATE : jeux du cirque pour ultras fondus

+

homogénéité des performances
accroche polyvalente
amorti

pare-pierre minimum
position légèrement haute de l’ensemble (dû au stack)
chaussant fin mais peu identifié (fin, moyen, large ?)

©Hoka

Conditions du test

400km de tests très méchants !

Premières impressions

Il est de ces chaussures, qui sont passées d’innovations fadas à best-sellers à records. Recueillement et flashback : souvenez-vous des 1eres « fat » de 2009, grosses semelles qui débarquaient sur les pentes baujues (ou d’à côté). La Réunion et 10 années de succès sont passées par là, HOKA ONE ONE truste désormais podiums et awards en tous genre. C’est dire si l’on attendait l’édition 2 de l’EVO MAFATE. Mafate comme un Pinder pour grands, EVO comme envie de foulées non-stop. Mais un truc en plus : MATRYX, Mesh révolutionnaire au tissage différencié. Sur le papier, ça fleurait donc la promesse. Nous sommes en aout, et les ultras battent leur plein. Autant le dire : cœur gonflé d’espoir et emballage vite déchiré, avant 400km de tests très méchants. Verdict enthousiasmant !

California Dreaming… pour Ultra trail tout contrôle

Un nom, et un look. Davantage qu’une semelle « fat » qui n’est plus vraiment sa signature, en 2019. MAFATE : jeux du cirque pour ultras fondus. FLASHY : Fidèle à son esprit et contre les modes maussades, HOKA parvient suit sa philosophie pop, et propose 2 looks toujours colorés : entre Californian spirit et rouges à la Starsky et Hutch, on reste amateur de ce dynamisme – quand le gris/noir et ses nuances pèsent comme un couvercle.

MATRYX : Nouveau Truc Techno (NTC) ? Tout le contraire !

Il est Kevlar et Drômois. Cocorico et surtout bravo pour l’usage pertinent : il fallait y penser, mais surtout savoir l’intégrer au bon endroit/bon moment dans un soulier de run. Posez telle semelle su tel châssis raide, ou une tige révolutionnaire sur un chaussant vieillot, et vous obtiendrez un soufflé bien flasque. Et oui, construire une chaussure est affaire de cohérence, et cette fois HOKA signe un assemblage digne des meilleurs : tressage d’avant en arrière avant renforts et inserts différents selon la zone, ce mesh MATRYX permet un chaussant nettement plus fitté tout en restant souple. Et ? et la réactivité en prime, car le textile épouse mais demeure légèrement dynamique*. Enfin, une ergonomie quasiment immédiate et qui réussit à ne pas plier au niveau métas : nos testeurs ont été bluffés par la quadrature souplesse + résistance.

Si le chaussant y gagne, la tige de la chaussure en retire elle aussi un bonus certain, offrant un maintien talon que l’on pensait raide mais… qui se fait ferme et discret. Frôlerait-on la très bonne surprise ?

*ce qui pourra constituer une réflexion intéressante sur les épousailles…

Amorti et accroche : les valeurs, toujours les valeurs.

La mode est au Vibram Megagrip, tous crampons dehors et estampillé adhérence record. Il est vrai que l’italien reste maitre des grips actuels, et que leurs performances restent parmi les meilleures en polyvalence – à condition de savoir les mettre en œuvre sur des tiges adéquates. Au vu de la géométrie de sa semelle, nous débutions un peu sceptique : pourquoi tant de haine et de structure si prononcée, sur un chaussant aussi racé ? Peut-on jouer l’accroche ET un soulier léger et fitté ? La HOKA EVO MAFATE 2 MATRYX réussit joliment le doublé. 2ecoup de maitre.

D’une part, l’accroche est bien au rdv mais cette fois-ci, du meuble au rocailleux. A peine une usure latérale à force de pierriers, mais l’ensemble conserve rigidité et mordant après un usage marqué. Le débourrage est efficace, bien que la chaussure s’exprime pleinement sur terrain relativement sec.

D’autre part, HOKA conserve son attachement à un amorti confort. Avec un stack moyen de 30 mm, on est dans le bien épais, certes. Mais là où des fats pouvaient déstabiliser le coureur par leur position surélevée, la tige assez haute (encore MATRYX) et bien enveloppante, sécurise parfaitement la proprioception et évite l’inconfort sur sols irréguliers.

©Julien Gilleron

Durable et respirante

Vous avez dit durable ? c’est le mot et le fait se confirme après près de 300Km au compteur : là où des meshs fatiguent à coup de pliure et de frottement, l’empeigne MATRYX frappe par sa durabilité homogène. En outre, la réalisation d’un seul tenant évite tout empiècement collé au niveau de la toe-box, et donc de frottement ou de fragilité. Certes, le pare-pierre est réduit comme peau de chagrin et là réside la faiblesse de la chaussure.

En revanche on y revient…mais la tige MATRYX procure le 3egrand point fort de cette HOKA EVO MAFATE 2 : un vrai potentiel hydrophobe. Pas imperméable, point de membrane (et c’est tant mieux), mais un alourdissement à peine ressenti après quelques dizaines d’infusions dans les rivières. Là, on dit bravo et l’on commence à penser sévèrement ULTRA – longue distance, tout terrain.

L’été sera MAFATE 2 et ULTRA

Autant le dire : c’est tout un panel testeur qui même en double aveugle, ressort plutôt conquis du test. Cette HOKA EVO MAFATE 2 semble taillée pour le long, sur terrain technique et/ou humide. On peut même parier sur un record à la clef : sa consœur EVO Speedgoat tient la corde sur la Western States 100, on verrait bien cette MAFATE briller sur une prochaine Diag’. A suivre…

En descente

Laçage précis et chaussant très ajusté, pour un maintien ferme. Sécurisante, mais implique des bases de proprioception du coureur vu la position haute de la semelle. Amorti sans faille.

Sur le plat

Réactivité surprenante et envie de dérouler, expression libre aux relances et au sentiment de légèreté !

Caractéristiques techniques

POIDS CHAUSSURE VÉRIFIÉ 292g en taille 42 2/3 PRIX PUBLIC : 140€ DROP 4mm DISTANCE DE PREDILECTION : ultra  TERRAIN DE PREDILECTION :Moyennement rocailleux, déconseillé sur skyrunning pur, idéal sur terrain humide/tropical ou montagne accidentée par temps modéré. S’exprime sur +50K  PROFIL pratiquant assidu à compétiteur aguerri