@

Il avait défoncé les portes battantes du saloon de la grimpe en faisant le premier 9a à vue de l’histoire, en 2013. Après une mise sur pause de la compétition pendant six ans, Alex avait relancé la machine à médaille il y a quelques années, avec les JO en ligne de mire.

Mais le talentueux grimpeur d’Erlangen a trainé sa peine aux Jeux de Tokyo, où il n’a pu aller plus loin que les qualifications. Et comme cela ne suffisait pas, Alex Megos s’est repris un autre coup sur la caboche en voyant son 9c de Bibliographie (réalisé en 2020 après 60 jours de boulot sur la voie tout de même) décoté à 9b/+ par Stefano Ghisolfi. Mais l’Allemand, beau joueur, reconnut sans broncher cet ajustement.

Après cet été 2021 un peu pourri, Alex a suivi la même thérapie qu’Adam Ondra, à savoir une bonne rasade de falaises pour faire passer la déception des JO. Fin septembre, il signe ses premiers 9a flash (Intermezzo XY Gelöst, Autriche ; Chromosome Y, Suisse). En novembre, le grimpeur à la bouille juvénile cochait le 3e 9b de sa carrière (Furia de Jabali, Espagne), qui était aussi sa 100e voie dans le neuvième degré.

Récemment, Alex a pas mal posté sur les questions de cotation, notamment à propos de l’utilisation de genouillères sur certaines voies (citant le cas de Pornographie à Céüse, un 9a qui ne vaudrait « que » 8c/+ avec cet artifice). À suivre en 2022 : voudra-t-il conquérir un « vrai » 9c ? 

 

Âge : 28 ans
Pays : Allemagne

Copy link